lundi 18 juin 2012

Fuir la négativité

Je suis... plutôt ennuyé ces derniers temps, par le fait d'entendre des paroles et de percevoir des idées qui me semblent... comment dire ? « Stupides » et « dangereuses » sont des vocables qui s'approchent de ce que je ressens.

J'ai l'impression de voir et d'entendre de plus en plus de personnes prêcher contre la négativité : « arrêtez de véhiculer des pensées négatives, c'est comme ça que ça arrive », « pensez positif sinon il vous arrivera malheur », etc.

Première chose : j'ai l'impression que les auteurs des-dites paroles ne comprennent pas de quoi ils parlent et que par conséquent ils racontent n'importe quoi.

Le « penser positif » sonne pour moi comme un détournement odieux du phénomène des intentions. Le principe est de penser à ce que vous voulez qui vous arrive pour augmenter les chances que ça se produise au lieu de penser à ce que vous ne voulez pas qu'il vous arrive et ainsi l'inciter. OK pour ça.

Mais dire que cela revient au même que « penser positif et ne pas projeter de négativité pour ne pas qu'il arrive des choses mauvaises » je trouve ça idiot. On dirait des gaulois qui ont peur que le ciel leur tombe sur la tête ou pire des autruches qui se mettent la tête dans la sable pour ne pas voir la voiture qui leur arrive droit dessus. C'est un peu comme fermer un œil pour regarder une trajectoire en face de soi.

Je suis plus enclin à adhérer à l'idée du Wyrd telle que présentée dans Le Sorcier de Brian Bates : si quelque chose doit vous arriver, ça vous arrivera. L'idée est d'avoir les deux yeux bien en face des trous pour percevoir les signes que ça va se produire et ainsi pouvoir agir. Dans cette optique, ça ne sert vraiment à rien de se complaire dans des visions positives pour éviter qu'une tuile du toit de la maison se détache.

Deuxième chose : comment peut-on parler de spiritualité en oubliant la négativité ?

Toute lumière qui rencontre un objet projette une ombre, c'est comme ça et c'est surtout indiscutable. Il est impossible pour un être humain de ne pas ressentir de choses négatives. Alors prêcher pour toujours dire des choses gentilles et tout, ça s'appelle de l'hypocrisie modèle géant.

La vie crée de la négativité : le renier c'est renier la vie elle-même. Nous avons tous une part sombre, elle fait partie intégrante de nous et de ce fait elle doit s'exprimer. Et puis sérieusement, c'est pas parce qu'on se lève tous les matins pour voir le soleil levant qu'on a la lumière en soi, ça se saurait.

Accepter sa négativité, c'est s'accepter soi. La laisser s'exprimer, c'est respecter sa fonction. Sans négatif, pas de positif. C'est en exprimant sa négativité et en comprenant ce qu'elle renferme qu'on peut se construire pas en essayant à tout prix de la masquer (attention, ça ne veut pas dire qu'il faut faire n'importe quoi non plus et passer son temps à être une ordure, gardons le sens de la mesure).

Ainsi pour moi, s'en tenir à fuir la négativité, c'est inutile, mais également anti spirituel. Qui plus est, je peux vous assurer que la plupart du temps, en pensant faire quelque chose de positif, on fait quelque chose de très négatif et qu'on ne s'en rend pas compte, tant on est aveuglé par cette volonté de toujours faire « bien ». Ce serait trop simple s'il suffisait de penser faire bien pour faire bien. L’Enfer est pavé de bonnes intentions. Pour moi c'est une vérité absolue.

 

 

 

 

Posté par loup_hirsute à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Fuir la négativité

Nouveau commentaire