lundi 25 juin 2012

Un vieux truc qui date d'il y a 3 ans

Voici un texte que j'ai retrouvé en faisant le tri dans mes fichiers. Je l'ai parcouru et j'y ai retrouvé des choses dont je me suis éloigné, mais aussi des choses intéressantes (enfin j'ai l'impression). J'ai vérifié tous les articles de ce blog (il est petit ce blog) et je ne l'ai jamais posté.

Pourquoi pas maintenant ?

 

"Ce monde est... rongé par l'orgueil et la peur, l'envie, la honte, une volonté mystificatrice de préserver l'image de quelque chose qui vaut la peine d'être montré. Ca me fait parfois un peu rire d'imaginer que les extra-terrestres sont en train de nous regarder faire notre show un peu comme s'ils étaient devant la télévision.
Ce sont des codes sociaux qui se trouvent aujourd'hui dans l'Arche d'Alliance. Comme dans American Gods, de nouveaux dieux ont supplanté les autres. Le dieu télévision, le dieu voiture, le dieu téléphone portable, le dieu "mangez 5 fruits et légumes par jour", le dieu "les risques de cancer sont accentués dès ..." (remplacez les points de suspension par ce que vous voulez, ça marche à tous les coups).
On a tous envie de se plaire les uns les autres, mais au lieu de nous montrer et de nous accepter tels quels, nous devenons ce qu'il convient de montrer, une image sur du papier glacé avec un sourire tellement accroché aux oreilles que je me demande pourquoi le mal du siècle n'est pas les crampes aux zygomatiques. Plus le droit d'être imparfait, plus le droit d'avoir quelque chose qui cloche. Une obsession communément admise comme quoi tout ira mieux si on montre que tout va bien.
Est-ce possible que le monde aille mieux si nous nous mettons tous à manger 5 fruits et légumes par jour, ne plus fumer, ne plus boire, lutter contre la faim dans le monde, les épidémies et qu'on travaillait tous bien consciencieusement pour se payer le dernier téléphone portable et la dernière voiture, contribuer à l'économie, se payer des vacances dans les lieux touristiques, écouter les bonnes émissions de télévision, lire les bons livres, véhiculer la bonne pensée, écouter son gouvernement dans une sorte d'extase fanatique pour finalement s'endormir le soir avec un sentiment de satisfaction d'avoir fait ce qu'il faut ? J'ai envie de me tirer une balle après avoir lu ça.
Suivre ces injonctions c'est comme lire le manuel du parfait petit être humain, ça donne autant de valeur à la vie que de monter une armoire.
On a perdu les vraies raisons pour lesquelles nos ancêtres ont bâti une société et nous nous évertuons à maintenir debout quelque chose qui n'a plus de sens pour nous. On le maintient par peur de ce qui se passerait si on ne le faisait plus, on le maintient pour la sécurité et les choses acquises qui finalement même si elles ne nous conviennent plus totalement suffisent à limiter nos angoisses.
Plus que jamais on nous impose ce qu'il convient de faire à grands coups de tapage médiatique, à grands coups de lois.
Je pense que je vais dire quelque chose qui va paraître à bon nombre d'entre vous comme scandaleux : les lois c'est comme toutes les choses, trop de loi tue la loi. Ce n'est pas la solution.
Je me demande comment ça se fait que les gens n'en ont pas encore eu marre. C'est à cause de tout ça que je ne regarde pas la télévision, que je n'écoute pas la radio, que je ne lis pas les journaux. J'en ai marre qu'on me dise ce que je dois faire, j'en ai marre qu'on me raconte toujours des salades sur ce qui se passe dans le monde, j'en ai marre qu'on me montre le foot comme sport national partout où je passe, j'en ai marre de l'excès d'excès que j'ai sous les yeux perpétuellement. Je n'ai pas envie de suivre le troupeau souriant qui s'en va droit vers le rebord de la falaise, le sourire aux lèvres dans un costard ou un tailleur. Je n'ai pas envie d'adhérer à leurs valeurs, à leur façon de penser. Dès qu'ils ouvrent la bouche, j'entends la même merde prémâchée que j'entends partout. Je vois les gens s'agiter sans arrêt et pour moi ça n'a aucun sens. Je n'ai pas envie de m'agiter, je n'ai pas envie de brasser de l'air en espérant faire partir le vide.
Nous en sommes là. Nous avons besoin de définir, redéfinir, surdéfinir. Pour préserver notre humanité nous aurions besoin de la définir, nous ne savons plus ce que c'est, nous ne sentons plus ce que c'est. L'autre est devenu une corvée avec laquelle il faut composer. Encore et encore, on s'évertue à donner une bonne image de soi en pensant accéder à la réussite dont les critères seront donnés dans les prochains magasines à succès.
Je me demande également pourquoi personne ne voit que c'est tout ce bordel qui rend dépressif, morose, qui fait des gens de parfaits quidams ?

Pourtant nous sommes tous étranges à notre manière, et nous avons tous au moins un squelette dans le placard. Parfois ça fait du bien de le sortir pour qu'il s'aère.

Moi j'ai un tas d'os dans le placard, un peu rongés, j'ai faim souvent la nuit."

Posté par loup_hirsute à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Un vieux truc qui date d'il y a 3 ans

Nouveau commentaire